La conférence qui se tient à Auckland démarre avec des dévotions qui interpellent.

14 Février 2023 | Auckland, Nouvelle-Zélande | Marcos Paseggi, Adventist Review

Même l’arrivée imminente du cyclone Gabrielle n’a pas empêché des dizaines de membres de l’Association Adventiste de Produits Diététiques (AHFA) de se rendre à Auckland, en Nouvelle-Zélande, le 12 février 2023.

L’association, qui établit la liaison entre les usines de produits alimentaires gérées par l’Église adventiste du septième jour à travers le monde, se réunit pour la première fois en présentiel après la pandémie de COVID-19. Autour du thème « Connecter, Réfléchir, Prospérer, » les dirigeants d’usines alimentaires venus d’Australie, d’Allemagne, de Corée, du Pérou et d’une douzaine d’autres pays auront l’occasion du 12 au 17 février, d’écouter des rapports sur les performances, d’obtenir les dernières informations sur les meilleures pratiques et de réfléchir sur leurs expériences, leurs difficultés et leurs opportunités dans l’industrie des aliments diététiques à travers le monde.

En plus des composantes professionnelles bien définies du programme, les participants partagent l’objectif commun déclaré qui est de soutenir la mission de l’Église adventiste consistant à aider les gens à vivre une vie abondante et saine. Dans cette optique, la conférence AHSA 2023 a débuté avec des dévotions qui invitaient les responsables des usines adventistes de produits alimentaires à réfléchir et à avoir une connexion avec Dieu.

Le PDG de Sanitarium Health and Wellbeing Australia, Kevin Jackson, accueille les participants à la Conférence de l’Association Adventiste de Produits Diététiques (AHSA) à Auckland, en Nouvelle-Zélande, le 12 février. [Photo : Marcos Paseggi, Adventist Review]

Dans le programme d’ouverture, après l’accueil habituel en langue maorie, le PDG de Sanitarium Health and Wellbeing Australia, Kevin Jackson, a présenté le président de l’Union de Fédérations de Nouvelle Zélande, Edward Tupa’i. Ce dernier s’est inspiré des expériences de jardinage de ses parents et d’autres pour mener une réflexion sur la puissance de la foi dans toute entreprise personnelle, familiale ou commerciale.

Un acte de foi

« Avez-vous déjà planté une graine dans le sol et eu l’occasion de voir cette plante pousser ? » a demandé Edward Tupa’i, faisant référence à l’illustration de Jésus concernant le grain de sénevé (Marc 4: 30-32). « L’avez-vous vue devenir un arbre ? Avez-vous vu des oiseaux venir sur les branches de l’arbre pour trouver la protection ? »

Edward Tupa’i a raconté comment ses parents ont immigré des Samoa vers la Nouvelle-Zélande il y a des décennies. Dans leur nouveau pays, ils ont acheté une propriété où ils ont planté des arbres et des plantes. Enfant, Edward Tupa’i a vu de ses propres yeux les joies et les défis du jardinage. « Le jardinage est comme le paradis sur terre, » a-t-il déclaré. « Mais jardiner est un acte de foi. »

Les participants et certains membres de l’équipe organisatrice profitent pour se voir afin de rattraper le temps perdu avant le début officiel de la conférence AHSA 2023. Il s’agit de la première réunion en présentiel après la pandémie de COVID-19. [Photo : Marcos Paseggi, Adventist Review]

De plus, chaque étape du jardinage trouve son origine en Dieu. « Dieu nous donne la semence, la connaissance pour planter et prendre soin de la plante. Tout cela vient de Dieu, » a dit Edward Tupa’i.

Il a également parlé de l’expérience de Tui Ridge Park, une propriété de 170 hectares à Rotorua que l’Église adventiste en Nouvelle-Zélande a achetée il y a plus de 30 ans. Sur ce site, des scientifiques et des membres adventistes ont planté des graines. Le site est devenu un beau parc. « C’est le foyer spirituel de l’Église adventiste du septième jour dans l’île du Nord, » a déclaré Edward Tupa’i. « C’est un endroit à visiter, un endroit où trouver Dieu. »

En guise de conclusion, Edward Tupa’i a demandé aux participants : « Quel est votre défi avec le petit grain de sénevé ? Quel sera notre petit acte de foi cette semaine ? »

À l’une des tables, les participants des usines de produits alimentaires adventistes dans la Division Inter Américaine écoutent le programme d’ouverture de la Conférence AHSA 2023 à Auckland, en Nouvelle-Zélande. [Photo : Marcos Paseggi, Adventist Review]

Au Milieu des Tempêtes

La première journée complète de présentations et de discussions de la conférence le 13 février a également commencé par une réflexion spirituelle, cette fois présentée par l’aumônière du Sanitarium de Nouvelle-Zélande, Keira Bullock. Cette dernière, qui a fait sa présentation en ligne suite à une annulation de vol liée aux conditions météorologiques, a parlé de l’importance de « vivre au milieu, » un endroit qui n’est « ni le début ni la fin. »

« Je ne suis pas une grande fan du ‘milieu’, » a-t-elle déclaré, expliquant que le terme inclut ces retards et détours qui font partie intégrante de la vie. « Nous aimons que les choses soient réalisées, confirmer qu’elles soient faites… parvenir à la ligne d’arrivée. » Vivre au milieu, a dit Keira Bullock, peut être fastidieux, frustrant et même douloureux. « Mais la vérité est que la plupart de notre temps se passe au milieu, » a-t-elle ajouté, faisant référence aux exemples d’un marathon, d’un régime alimentaire ou d’un vol long-courrier.

S’inspirant de la vie de l’apôtre Paul, quelqu’un qu’elle a décrit comme étant « lui-même un individu très axé sur les tâches, » Keira Bullock a expliqué que dans son parcours de vie, « il a rencontré des détours incroyables et des milieux assez intenses. »

Juan Antonio et Ydarina Moneró, de la Fondation Granix en République Dominicaine, écoutent la dévotion du matin. Chaque session est interprétée simultanément en espagnol. [Photo : Marcos Paseggi, Adventist Review]

Elle a expliqué comment, dans Actes 27, le « milieu » de Paul comprenait une tempête, un grand détour et un naufrage. « Les tempêtes sont puissantes, et les tempêtes peuvent nous distraire, » a-t-elle dit. « Les tempêtes peuvent nous enlever notre sens de l’espérance, de la raison d’être. » L’obscurité peut aussi nous affecter négativement. Keira Bullock a invité les participants à faire plutôt confiance à Dieu. « Il est le Dieu du commencement et de la fin ; par rapport à cela, nous pouvons lui faire confiance pour les chapitres intermédiaires de nos vies, » a-t-elle déclaré.

Et, a-t-elle ajouté, « Peu importe la tempête que nous traversons, Dieu est dans nos affaires, dans nos vies et dans nos familles. C’est difficile, mais quand nous sommes au milieu du voyage, la tempête, l’obscurité effrayante, cela pourrait être une invitation pour nous à revenir dans [Sa] lumière. »

La présentation de Keira Bullock est apparue comme un début approprié à la conférence alors que premiers signes du cyclone Gabrielle se rapprochaient d’Auckland.

Traduction: Patrick Luciathe

Top news

Deux nouvelles éditions de la Bible visent à soutenir le culte dans la famille adventiste
Ma ville ma mission
Célébration de « Toute la Famille en Mission » en direct de la Guadeloupe