Mots-clés les plus recherchés

L’expérience de la Session vécue par un délégué sourd.

13 Juin 2022 | Saint-Louis, Missouri, États-Unis | Debbie Michel, Adventist Review

Dans un moment qui vaut la peine d’être mentionné, Jeffrey Jordan s’est tenu derrière le micro pour défendre l’idée que les églises deviennent des lieux plus accueillants pour les personnes en situation de handicap. S’exprimant en tant que premier délégué sourd à participer à une Session de la Conférence Générale, Jeffrey Jordan a plaidé avec passion pour l’inclusivité car, selon lui, « toute personne a une possibilité que Dieu peut utiliser. »

Jeffrey Jordan s’efforce de supprimer la stigmatisation consistant à identifier les individus uniquement par leur handicap pour qu’ils soient plutôt considérés comme des personnes avec leurs propres passions, leurs propres intérêts et leurs personnalités uniques.

Lorsqu’à la Session le vote a été pris de créer des opportunités et de recommander des moyens « d’aider à la découverte de rôles ou de ministères qui apportent un sentiment de pertinence et d’épanouissement, » Jeffrey Jordan était heureux de voir son église se tenir aux côtés d’un groupe qui reste souvent en marge.

Un Modèle

En tant que premier délégué sourd, a dit Jeffrey Jordan, il est honoré de représenter les millions de sourds à travers le monde.

Né et élevé en Californie, il était la seule personne sourde de sa famille. Alors qu’il était étudiant à l’Université d’État de Californie à Northridge, il a été impliqué dans le ministère laïc auprès des sourds à l’église adventiste du septième jour de Northridge. D’autres étudiants sourds ont assisté et ont eu le privilège d’avoir leur propre service religieux, où il prêchait de temps en temps. C’est à cette époque qu’il rencontre sa future épouse, qui faisait des études en vue d’une carrière d’interprète en langue des signes.

[Photo de James Bokovoy]

Il s’est senti poussé à entrer dans le ministère pastoral et s’est inscrit au Séminaire Théologique Adventiste du Septième Jour à l’Université Andrews. L’université a fourni des interprètes en langue des signes pour ses cours et il a finalement obtenu son diplôme de maîtrise en théologie pastorale.

Jeffrey Jordan est ensuite devenu pasteur de la congrégation Southern Deaf Fellowship dans le Tennessee, qui compte aujourd’hui 77 membres, et d’autres qui regardent en ligne chaque semaine. En plus de ses responsabilités pastorales, il est le coordinateur adjoint du Ministère Adventiste des Possibilités de la Conférence Générale.

Enlever la stigmatisation

Jeffrey Jordan dit qu’il espère continuer à sensibiliser au sujet de la communauté religieuse des sourds, pour qu’on réalise qu’ils constituent un groupe de personnes ayant une langue spécifique et une culture spécifique et pouvant aider à la gestion et au fonctionnement de l’église.

« Je veux que ceux qui peuvent entendre comprennent que mon église, leur église, comprend des membres sourds, » a-t-il dit. « Ils peuvent gérer et faire fonctionner, comme une église de personnes qui entendent, qu’il s’agisse de services [spéciaux] – mariages, funérailles – ou de services religieux réguliers. »

La vie d’un délégué sourd

La plupart des délégués peuvent se déplacer dans la salle tout en suivant ce qui se passe sur la plateforme. Mais c’est un défi pour quelqu’un qui obtient toutes ses informations à travers ses yeux.

« D’autres personnes ont l’avantage de pouvoir effectuer plusieurs tâches à la fois, ils peuvent écrire ou faire d’autres choses tout en écoutant, » a-t-il dit. « C’est différent pour moi, parce que je dois compter sur l’interprète. »

Mais, dit-il, « je serai honnête avec vous ; même si c’est fatiguant, j’ai vraiment apprécié le moment passé. »

 

Traduction: Patrick Luciathe

Top news

L’Église adventiste honore les éducateurs de longue date lors de la célébration annuelle de la Journée des Enseignants
Accord trouvé dans le procès lié à l’arrangement pour le sabbat pour l’École Adventiste d’Oakwood
Accès à des fournitures scolaires pour 52 enfants ukrainiens grâce à ADRA Italie