Mots-clés les plus recherchés

10 Juin 2022 | Saint-Louis, Missouri, États-Unis | Libna Stevens, Actualités de la Division Inter Américaine

Un ancien président de l’Église adventiste du septième jour dans la Division Inter Américaine (DIA), revient sur les Sessions passées de la Conférence Générale, sur les défis auxquels l’Église adventiste dans la division a été confrontée, sur sa remarquable croissance et sur ce qui a fait la différence dans ce territoire multiculturel.

Considéré comme un géant de l’Inter Amérique dans la seconde moitié du siècle dernier, le pasteur George W. Brown est connu pour être l’un des rares dirigeants à avoir façonné l’évolution de l’église sur le territoire pour en faire ce qu’elle est aujourd’hui.

C’est en 1966 que pasteur Brown est allé à la Session de la Conférence Générale à Detroit, dans le Michigan, aux États-Unis. C’est l’époque où les Sessions de la Conférence Générale se tenaient tous les quatre ans, a-t-il dit. A 42 ans, il avait récemment été nommé président du Caribbean Union College à Trinidad, aujourd’hui Université du Sud de la Caraïbe. Avant cela, il avait été pasteur d’église, précepteur des garçons, responsable du ministère de la jeunesse et directeur de l’éducation pour l’Union Caribéenne.

Session de la Conférence Générale tenue à Detroit, dans le Michigan, aux États-Unis, en 1966. [Photo : Archives de la Conférence Générale]

« Il y avait une grande foule et j’ai été profondément impressionné de voir à quel point l’Église adventiste avait été bien organisée, ses progrès et ses réalisations à travers le monde, » a déclaré pasteur Brown. « J’ai été très impressionné par ce que j’ai vu là-bas. » Robert H. Pierson était le président de la Conférence Générale à l’époque et ce dont George Brown se souvient le plus c’est sa grande surprise lorsque quelqu’un de la commission de nominations est venu le voir pour une entrevue dans l’optique qu’il devienne le directeur de la jeunesse de la DIA.

Quarante-quatre ans s’étaient écoulés depuis l’organisation officielle de la DIA en mai 1922, lors de la Session de la Conférence Générale qui a eu lieu en Californie, aux États-Unis, et le territoire avait connu une forte croissance dans ses territoires régionaux au Mexique, en Amérique Centrale, dans la Caraïbe, dans les territoires francophones et dans les pays de la pointe nord de l’Amérique du Sud.

Les défis de l’époque

« Il y avait un mouvement dans certaines des régions de notre division qui voulaient se fragmenter un peu du point de vue linguistique et cela me préoccupait, » a-t-il dit, « parce que l’Inter Amérique est devenue ce qu’elle était à l’époque grâce à l’unité qui avait existé avant. » Une fois que pasteur Brown a déménagé pour travailler au bureau de la Division à Coral Gables, en Floride, il a déclaré : « J’espérais que nous entrerions dans une nouvelle ère où il y aurait une plus grande passion pour rester unis dans le cadre de l’Église adventiste mondiale. »

Pasteur George W. Brown, ancien président de la Division Inter Américaine lors de la Session de la Conférence Générale qui a eu lieu à San Antonio, au Texas en 2015. Pasteur Brown a été président de la DIA de 1980 à 1993. [Photo d’archive]

En 1975, George Brown a été nommé secrétaire itinérant pour la DIA sous la direction du pasteur Bender L. Archbold, le premier natif de l’Inter Amérique à devenir président et à avoir conduit l’église à devenir la division mondiale la plus importante et celle qui connaissait la croissance la plus rapide.

Dans le cadre de sa nouvelle fonction, George Brown a eu plus de contacts avec l’administration et il a commencé à comprendre l’importance de s’assurer que tous les efforts soient faits pour maintenir l’unité de la DIA aux niveaux ethnique, linguistique et spirituel.

Les trois langues principales parlées en Inter Amérique sont toujours l’anglais, l’espagnol et le français.  »

Prendre en compte les différentes langues et cultures de notre division tout en restant un exemple solide dans l’évangélisation et dans la croissance de l’église avait une grande importance pour moi et je voulais maintenir cela à l’avenir, » a-t-il expliqué. Les dirigeants ont commencé à créer une atmosphère d’unité lors des réunions de comité, qui se tenaient dans différentes parties du territoire de la DIA pour renforcer le respect mutuel, a-t-il déclaré. « Le message était clair : ‘Tous sont les bienvenus, aucun n’est plus important que l’autre,’ » a-t-il dit.

Des changements dans le bon sens

« Je pouvais sentir qu’il y avait des changements qui allaient dans la bonne direction, mais dans la région particulière où cela couvait, il y avait encore des tentatives d’amener une certaine forme de séparation, » a expliqué George Brown. C’est quelque chose que le pasteur Brown a dû aborder de manière plus intentionnelle une fois qu’il a été élu président de la DIA lors de la Session de la Conférence Générale qui s’est tenue à Dallas, au Texas, en 1980.

« Dans nos réunions de comité, dans toute forme de communication, lors de nos visites sur le terrain, ainsi que dans les messages qui ont étaient donnés, les dévotions et toutes les activités, nous avons dû transmettre ce message d’unité, » a-t-il déclaré.

À l’époque, le département des Activités Laïques a lancé le Festival des Laïcs, qui était un excellent programme qui a aidé à unir les gens sans distinction de nationalité ou de langue, a-t-il indiqué. Il s’agissait du premier Festival des Laïcs dont on ait jamais entendu parler dans l’Église adventiste mondiale ; ce festival a suscité parmi les laïcs un élan incroyable pour une plus grande proclamation de l’évangile, grâce au leadership visionnaire du pasteur Sergio Moctezuma, a déclaré pasteur Brown.

Il y a eu des programmes à l’échelle du territoire comme la célébration des évangélistes qui avaient conduit 100 nouveaux croyants ou plus au baptême en un an, des activités pour les jeunes, et bien plus. Le but était de souligner l’unité de la division. Quand cela est fait, dit-il, « vous développez progressivement une culture d’unité. »

Amener l’unité

« Tout ce que nous avons fait était d’apporter la cohésion nécessaire pour maintenir la division unie. C’était fait de manière intentionnelle, » a-t-il dit. Pourtant, vous pouvez faire quelque chose de façon intentionnelle mais en même temps créer un problème, a déclaré pasteur Brown. « Nous avons dû être très sages, pleins de tact dans toutes nos approches pour que les gens, nos dirigeants, comprennent l’importance de demeurer unis. » Il a fallu de beaucoup de créativité, de prière et de dialogue, a-t-il ajouté.

Sous la direction du pasteur Brown de 1980 à 1993, la DIA a été la première à atteindre 100000 baptêmes en un an et cela a continué année après année. Lorsque George Brown a pris sa retraite en 1993, la DIA comptait plus de 1,5 million de membres.

« J’étais très heureux parce que lorsque le moment est venu pour moi de prendre ma retraite en 1993, cela a été une grande bénédiction pour moi de voir le corps d’ouvriers uni que nous avions dans notre division, » a déclaré pasteur Brown.

Un peuple, un message, une espérance

Aujourd’hui, le nom même de l’Inter Amérique veut dire beaucoup, a-t-il dit. « cela est dû en grande partie à une force unie et à l’évangélisation, dans l’éducation et dans tous les aspects de l’église : une division, un peuple, un message, une espérance, unis dans cette grande mission mondiale qui consiste à proclamer l’évangile. »

Lors des Sessions auxquelles il a assisté, la Session de la Conférence Générale de cette année est sa 12ème, il a été impressionné par la grandeur et les bénédictions de Dieu, et par les nombreux changements apportés aux statuts et aux règlements qui ont favorisé la croissance de l’église dans le monde entier.

Cette année, le pasteur Brown, en tant que délégué de la DIA, regarde avec sa femme Carla et vote depuis sa maison en Floride. « Nous sommes richement bénis à travers la technologie qui nous a permis d’accomplir tant de choses même pendant cette terrible période de la pandémie, » a-t-il déclaré. Pourtant, en tant qu’adventistes du septième jour, les avantages de la technologie ont certes été une grande bénédiction, mais en même temps « nous devons nous rappeler que ce n’est pas la technologie qui terminera la mission, mais des personnes pleinement engagées et préparées par le Saint-Esprit, unies pour terminer l’œuvre.

À 98 ans, le pasteur Brown a déclaré qu’il ne se faisait aucune illusion sur le fait d’être là pour une autre Session de la Conférence Générale, mais il prie que l’église continue à avoir une emphase biblique solide, qu’elle soit unie et prête pour le prochain retour de Jésus.

Traduction: Patrick Luciathe

Top news

Benjamin Yip : Représentant évangéliste pionnier parmi les communautés chinoises dans la Caraïbe
Hope Channel Inter-Amérique continue son expansion six ans plus tard
Une subvention de 5 millions de dollars US soutiendra le changement communautaire à Andrews