Mots-clés les plus recherchés

Des experts discutent des défis du moment et donnent des conseils pour y faire face.

22 Juin 2022 | Kimberly Luste Maran, Actualités de la Division Nord-Américaine

La Convention CALLED 2022 pour les Familles Pastorales a débuté le 19 juin 2022 à Lexington, dans le Kentucky, aux États-Unis, avec une pré-session spéciale sur la santé mentale. Sur les près de 6000 participants attendus à la convention CALLED, plus de 1100 se sont inscrits au Séminaire sur la Santé Mentale proposé par Kettering Health, qui s’est déroulé en deux parties de 13h00 à 16h00. La troisième et dernière session, sur la santé mentale des pasteurs, devrait avoir lieu le 21 juin.

« La pandémie a mis en évidence la nécessité pour les pasteurs d’être conscients des besoins en santé mentale et de la manière de s’assurer que leurs membres reçoivent des soins dans le domaine de la santé mentale, » a déclaré le directeur de l’Association Pastorale de la NAD, Ivan Williams. « La pandémie a également démontré que les pasteurs ont eux aussi besoin d’un soutien en matière de santé mentale. Nous sommes honorés d’être dans un partenariat avec Kettering Health pour apporter cela aux participants à notre convention CALLED. »

Le premier segment était intitulé : « L’Esprit : le Plan de Dieu, ce qui a mal Tourné et ce que Vous Pouvez Faire à ce Sujet. » Sul Ross Thorward, un psychiatre de Sitka, en Alaska, a animé la discussion avec les présentateurs/panélistes Torben Bergland, psychiatre et psychothérapeute et directeur adjoint des Ministères de la Santé de la Conférence Générale ; Daniel Xisto, pasteur de l’église adventiste du septième jour de Takoma Park dans le Maryland ; Andrea Xisto, psychiatre clinicienne ; et Andrea Jakobsons, pasteure principale de l’église adventiste du septième jour de Kettering dans l’Ohio. Plusieurs ont relaté des récits indiquant comment ils ont eu à faire face à l’extrémisme, au racisme et à la polarisation – et comment cela les a touchés personnellement ainsi que leurs expériences dans l’église.

Lors de l’édition 2022 de CALLED, la Convention des Familles Pastorales qui a eu lieu le 19 juin, les panélistes de la pré-session du Séminaire de Kettering Health sur la Santé Mentale partagent leurs témoignages au cours du premier segment. [Photo de Kate Wolfer/NAD]

Les panélistes Daniel et Andrea Xisto ont parlé de leurs expériences avec le racisme. « La suprématie blanche… Je pense que c’est un important angle mort de notre église que nous devons confronter, » a déclaré Daniel Xisto. « Nous devons reconnaître l’impact que cela a sur notre église et avoir le courage de nous lever et de prendre position. »

Les Xistos ont fait face au racisme de la part de membres de leur famille et de membres d’église tout au long de leur relation interraciale et de leur mariage. Andrea a parlé de la souffrance qu’elle a endurée tout au long de sa vie, disant comment les gens lui ont même dit qu’elle ne pouvait pas aller dans une université de l’Ivy League. « On m’a dit de ne pas soumettre de dossier d’inscription à certaines écoles de l’Ivy League parce qu’elles ne sont réservées qu’à certains types de personnes. Attention, je vous dévoile déjà la fin du film : j’ai fini par aller à une école de l’Ivy League, mais j’ai aussi fait des études de droit, et je suis devenue psychologue clinicienne avec un doctorat en psychologie. »

Elle a ajouté : « Il y a de nombreux enfants qui sont là – et à combien d’entre eux a-t-on empêché de poursuivre leurs rêves parce que quelqu’un ayant de l’influence leur a dit ce qu’ils ne pouvaient pas faire ? Les traumatismes racialisés – la dépression, les troubles anxieux, les troubles de l’alimentation, les problèmes de toxicomanie – toutes ces choses qui peuvent découler de certaines des choses polarisées et racistes qui sont vécues, y compris ce que nous vivons dans / à travers l’église.

Andrea Jakobsons, qui a grandi en République Tchèque, a raconté que la culture tchèque est imprégnée de racisme envers les personnes connues sous le nom de gitans. Ces croyances « s’infiltrent dans l’église… Nous ne réalisons pas que les choses que nous disons sont blessantes. Nous devons être en mesure de parler et de partager des choses. Nous faisons tous des erreurs, nous devons les assumer, » a-t-elle déclaré.

Nestor Bruno, psychologue et directeur de la Filière de Soins pour le Ministère dans le Réseau Kettering Health, fait une intervention dans le cadre du séminaire de pré-session sur la santé mentale lors de l’édition 2022 de CALLED, la Convention des Familles Pastorales. [Photo : Pieter Damsteegt, Actualités de la Division Nord-Américaine]

Abordant un autre sujet, elle a ajouté : « J’ai été confrontée à la polarisation en ce qui concerne les femmes dans le ministère pastoral: je savais que je ne deviendrais jamais pasteure à cause du combat que j’aurais à affronter. Peu importe à quel point je ressentais l’appel de Dieu, j’ai dit non jusqu’à ce que je ne puisse plus esquiver l’insistance de Dieu. Andrea Jakobsons a parlé de la façon dont son père l’a soutenue et l’a exhortée à entrer dans le ministère, en lui donnant ce conseil : « Écoutez les choses que disent les gens, puis évacuez-les. »

Après que les participants sur la plate-forme aient raconté leurs histoires, Torben Bergland a fait une présentation sur la polarisation et l’extrémisme du point de vue des experts en santé mentale, des écrits d’Ellen G. White et des ressources bibliques, y compris un passage biblique, 2 Timothée 4: 3-5. « Ces problèmes d’extrémisme, de polarisation et de fanatisme sont des choses avec lesquelles nous luttons réellement, à la fois dans la société et aussi dans notre église, » a déclaré Torben Bergland.

« Nous avons tous besoin d’un endroit où nous pouvons aller et être totalement vulnérables, ressentir tout ce que [nous] ressentons, tout partager à ce sujet, gérer la chose avec quelqu’un afin que [nous] puissions retourner dans le monde et y faire face. »

Le panel a répondu aux questions posées par Ross Thorward, qui a ensuite participé à un panel, après une courte pause pour exercice avec l’équipe du Challenge F5.

La deuxième partie de la pré-session, intitulée « Bien-Être Relationnel : La Famille Pastorale ; Comment Respirer à Nouveau, » comprenait une interview de Jonathan Duffy avec Mary Ann Schaepper, psychiatre pour enfants et adolescents au Centre Médical de l’Université de Loma Linda, suivie d’une discussion en panel, ainsi que des conseils et des ressources dans une présentation faite par Nestor Bruno, psychologue et directeur de la Filière de Soins pour le Ministère dans le Réseau de Kettering Health.

Jonathan Duffy, directeur exécutif de Mission et Ministère pour le Réseau Kettering Health, a confié comment le suicide de son fils l’a affecté, lui et sa famille. Jonathan Duffy a ensuite rejoint le panel, dirigé par Nestor Bruno, et auquel participaient également Mary Ann Schaepper, Ross Thorward et Rob Lang, directeur des Ministères de la Jeunesse de l’Union du Pacifique Nord.

En traitant la question des séquelles du suicide, Ross Thorward a parlé des réactions courantes des survivants. « Attendez-vous à ce que les survivants aient un éclair déconcertant d’émotions, qu’ils soient en colère et tristes en même temps ; qu’ils soient soulagés et déçus à la fois, » a-t-il déclaré. « Eux-mêmes ne comprendront pas ces montagnes russes. Et il n’y a pas de compréhension pour ces montagnes russes sinon de savoir que cela fait partie du processus.… Les survivants chercheront un sens. Et les survivants ont tendance à surestimer considérablement leur propre contribution à l’événement. Ce que vous pouvez faire, c’est vous tenir à leurs côtés et leur tenir les mains dans les rapides pendant qu’ils traversent cette épreuve, réduire leur isolement et leur apporter un soutien. »

Rob Lang a présenté un rapport indiquant que pendant la période de la pandémie de COVID-19, un adolescent sur quatre a envisagé le suicide. « Qu’en est-il du rôle de notre église ? En tant que pasteurs, nous nous sentons responsables de ces choses… Je veux juste vous dire un mot aujourd’hui et c’est que si vous essayez de porter vous-même tout cela pour votre église, cela vous écrasera.

« Et si l’église pouvait devenir ce que Dieu a voulu qu’elle soit : une communauté de personnes qui cheminent ensemble et ont ces relations qui aident à apporter de la résilience ? » a demandé Rob Lang, parlant du mouvement Growing Together (Grandir Ensemble), dans lequel les pasteurs invitent leurs dirigeants d’église, des jeunes adultes et d’autres à créer une conversation intergénérationnelle dans leurs églises.

« La maladie mentale est une maladie. C’est une bataille, » a dit Mary Ann Schaepper. « Le Dieu que je connais et que j’aime est celui dont ma mère dit qu’il l’a conduite vers les Écritures de telle manière qu’elle en est venue à connaître ce Dieu d’amour en qui elle pouvait avoir confiance dans toutes ces situations incroyablement complexes – et à réaliser que sa grâce est suffisante. »

Nestor Bruno a terminé le segment avec des ressources, des conseils et une activité impliquant l’auditoire. « Il n’y a pas de problème spirituel, » a déclaré Nestor Bruno. « Il y a des problèmes humains qui peuvent être un comportement spirituel, cognitivo-émotionnel, social, médical, et nous pouvons avoir d’autres variables, mais c’est juste pour placer les choses dans leur contexte. Ce sont des problèmes humains. »

Il a demandé aux participants de terminer trois phrases qui commencent par « Je dois… ». Ensuite, il a demandé au groupe de remplacer les trois premiers mots par « Je choisis de… ». Il a demandé au public si cela avait changé sa perception et ses sentiments à propos des déclarations. « Je travaille avec des pasteurs, et nous avons le monde sur nos épaules ; nous devons être tout pour tout le monde. Mais nous pouvons choisir. Et nous pouvons choisir d’obtenir de l’aide; nous pouvons enlever la loupe de la solitude… et établir le contact.

La version originale de cet article a été publiée sur le site d’information de la Division Nord-Américaine.

 

Traduction: Patrick Luciathe

Top news

Alberto Timm nommé nouveau directeur adjoint du BRI
Comment manger pour vivre et vivre pour manger
Près de 1 000 baptêmes aux Fidji en un mois