Mots-clés les plus recherchés

Des centaines de personnes défilent avec des pancartes et des affiches contenant des messages contre la violence dans le district de Palmar à San Francisco Vela dans le sud du Guatemala dans le cadre de la campagne annuelle mondiale Enditnow le 27 août 2022. Des milliers de personnes à travers le territoire de la Division Inter Américaine sont descendues dans les rues pour plaider contre la violence fréquente contre les femmes et les enfants dans leurs communautés. [Photo : Union du Guatemala]

8 Septembre 2022 | Miami, Floride, États-Unis | Libna Stevens, Actualités de la Division Inter Américaine

Les adventistes du septième jour dans toute la Division Inter Américaine (DIA) ont appelé à la fin de la violence lors de la campagne « Enditnow » qui a eu lieu récemment. Enditnow est une initiative mondiale annuelle visant à sensibiliser et à plaider pour la fin de la violence. Son objectif est de mobiliser les adventistes du septième jour du monde entier et d’inviter d’autres groupes communautaires à se joindre à eux pour résoudre ce problème mondial.

Des milliers de personnes ont défilé dans les rues le 27 août au Mexique, en Amérique Centrale, dans la Caraïbe et au Venezuela pour prendre position contre la violence faite aux femmes et aux enfants.

Des jeunes filles et des femmes de toute la partie ouest du Guatemala défilent avec des messages de l’initiative Enditnow organisée par l’Église adventiste. [Photo : Union du Guatemala]

Depuis plus d’une décennie, la DIA favorise la prise de conscience et engage les membres d’église dans la résolution de ce problème répandu de la violence qui infiltre la société aujourd’hui, non seulement dans les communautés mais aussi dans l’église, a déclaré Edith Ruiz de Espinoza, directrice des ministères de la femme pour l’Église adventiste en Inter Amérique.

Cette année, les responsables du ministère de la femme se sont concentrées sur la mise en lumière de « l’abus de pouvoir » qui peut être difficile à traiter et dont on ne parle généralement pas à l’église, a dit Edith Espinoza. « L’utilisation excessive ou inappropriée de l’autorité, qui peut inclure le manque d’empathie, la coercition, le fait de négliger les autres et la manipulation des besoins de quelqu’un, définit l’abus de pouvoir, » a-t-elle déclaré. « Détecter un abus de pouvoir peut être observé lorsque les autres ne respectent pas vos limites ou vos croyances, lorsqu’il y a humiliation, extorsion ou intimidation. » En tant que chrétiens, il est important de dire quelque chose ou de parler à quelqu’un lorsque des abus sont constatés ou ressentis, a-t-elle déclaré.

Un petit groupe dans l’Est du Venezuela rassemble des voisins pour considérer comment prévenir et aider ceux qui pourraient être victimes de violence pendant une semaine de campagne de sensibilisation Enditnow du 20 au 27 août 2022. [Photo : Union de l’Est du Venezuela]

Dans les églises adventistes

Des milliers de personnes se sont réunies dans des centaines d’églises de l’Union de l’Est du Venezuela pour une semaine de réunions, de séminaires et d’activités d’impact communautaire autour de Enditnow du 20 au 27 août 2022. « Nous avons parlé de messages pertinents comme la façon de reconnaître et de prévenir la maltraitance des enfants et la violence dans le mariage, » a déclaré Raquel Medina de Paredes, directrice du ministère de la femme pour l’Union de l’Est du Venezuela. « Nous avons voulu nous concentrer sur l’organisation de marches et sur la sensibilisation en tant que groupe collectif et de manière personnelle dans les communautés les plus vulnérables, » a-t-elle dit.

La semaine comprenait des programmes radiophoniques sur l’identification et la prévention des abus de pouvoir ainsi que la distribution de publications sur les abus, et la mise en lumière de présentations et de messages via les plateformes des réseaux sociaux.

Les membres d’église affichent leurs posters Enditnow avant d’aller défiler dans leur communauté le 27 août 2022. [Photo : Union de l’Est du Venezuela]

« Nous vivons dans un monde plein de peur et de maltraitance et nous voulons qu’il y ait de la paix dans les foyers, dans nos églises et, surtout, dans nos vies, » a déclaré Reina Longart, directrice des ministères de la femme pour la Fédération du Sud-Est du Venezuela. Les programmes radio qui ont été diffusés expliquant la maltraitance existante, qu’elle soit physique, psychologique et émotionnelle, ont connu un grand succès, a-t-elle ajouté. « C’est le moment d’aimer davantage, de comprendre que nos foyers devraient être un petit coin de paradis sur terre. »

Dans les rues

Dans le Chiapas, au Mexique, des centaines de femmes sont descendues dans la rue non seulement avec des pancartes et des affiches invitant à la fin de la violence, mais aussi avec des sacs de nourriture et de publications à distribuer dans la communauté. Les femmes ont visité les malades dans les hôpitaux, ont apporté des cadeaux, ont chanté et prié avec eux. L’impact de la journée autour du thème Enditnow a vu les adventistes du septième jour distribuer également de l’eau, des repas et des vêtements. Ils ont également prié avec les passants et ont proposé des examens médicaux gratuits aux familles à faible revenu dans des dizaines de communautés.

Des femmes dans l’état du Chiapas défilent dans les rues de leur communauté, distribuent des publications aux passants et visitent les foyers, le 27 août 2022. [Photo : Union Mexicaine du Chiapas]

« C’est une grande joie de voir autant de nos membres impliqués dans cette importante initiative pour atteindre un grand nombre de femmes et d’enfants qui ont besoin d’aide pour faire face à la maltraitance et pour les encourager dans la démarche d’arrêt de la violence, » a déclaré Laura Minelly Ruiz, directrice du ministère de la femme pour l’Union Mexicaine du Chiapas.

Le Guatemala a également vu des centaines de membres jeunes et moins jeunes diffuser le message Enditnow dans chacune des huit fédérations et missions gérées par l’Église adventiste.

« Chaque année, les statistiques sur la violence contre les femmes et les enfants sont très alarmantes, » a indiqué Lety Martínez, directrice des ministères de la femme pour l’Union du Guatemala. « Il y a en moyenne 27 homicides pour 100000 habitants au Guatemala, selon un récent rapport national. » Sur les 363 homicides signalés en janvier, 54 victimes étaient des femmes, a-t-elle déclaré. « C’est une chose alarmante que le Guatemala ait enregistré un total de 652 féminicides, soit 28 pour cent de plus qu’en 2020. Il était important de continuer à sensibiliser en tant qu’Église dans tout notre pays. »

Les dirigeantes du ministère de la femme dans le Chiapas, au Mexique, trient les vêtements pour les distribuer dans une communauté nécessiteuse dans le cadre des marches Enditnow organisées dans tout l’état le 27 août 2022. [Photo : Union Mexicaine du Chiapas]

Les églises adventistes ont organisé des séminaires et des programmes spéciaux sur la façon d’identifier et de prévenir les abus, et sur la manière de rechercher de l’aide et du soutien.

Les stations de radio gérées par l’Église adventiste au Costa Rica et au Nicaragua ont diffusé des programmes sur la fin de la violence.

Dans les communautés

Les membres d’église dans les îles de la Caraïbe ont défilé dans les rues contre la violence domestique et les abus sous toutes leurs formes. Les membres d’église à Saint-Vincent-et-les Grenadines ont défilé et organisé un rassemblement. Ils ont parlé de l’engagement de l’église dans la démarche visant mettre un terme à la violence contre les femmes et les enfants – et pas seulement lors de la campagne annuelle Enditnow.

A Antigue, Les Éclaireurs ont défilé dans les principales rues pour dire non à la violence sous toutes ses formes en portant des pancartes et des affiches.

Des éclaireurs sur l’île d’Antigue défilent dans les rues principales contre la violence sous toutes ses formes. [Photo : Fédération des Iles sous le vent]

Des centaines de personnes à travers les Bahamas, les îles Caïmans et les îles Turks et Caicos sont descendues dans la rue et se sont rassemblées lors de rallyes prônant la fin de la violence. .

En Jamaïque on a vu des centaines de chefs-guides et de dirigeants de jeunesse dans les rues pour sensibiliser et ainsi soutenir Enditnow.

Les membres d’église ont rejoint le groupe en uniforme à Mandeville, à Manchester, pour défiler depuis l’église adventiste du septième jour de Mandeville jusqu’au centre-ville, distribuant des publications aux automobilistes et à ceux qu’ils croisaient en cours de route.

Des chefs-guides et des dirigeants de jeunesse en Jamaïque participent à une marche Enditnow dans les rues de Mandeville, le 27 octobre 2022. [Photo : Union de la Jamaïque]

« Nous sommes ici pour dire non aux abus sous toutes leurs formes à travers l’initiative Enditnow, » a déclaré le pasteur Dane Fletcher, directeur des ministères de la jeunesse pour l’Union de la Jamaïque. Il est temps de mettre fin aux abus de pouvoir, à la violence conjugale, à la maltraitance des femmes et des enfants, a-t-il déclaré. « Grâce à vos efforts pour mettre fin à la violence, ensemble, nous créerons une société plus pacifique, unissons-nous et finissons-en maintenant. »

Steven’s Rosado, Yosainy Osaya, Gustavo Menendez et Ruth Ann Brown ont contribué à cet article.

Traduction: Patrick Luciathe

Top news

Le Pérou enregistre le plus grand nombre de fossiles marins découvert jusqu’à maintenant
Journée des Invités de l’École du sabbat
À Porto Rico, l’Église adventiste commence à évaluer les dégâts suite au passage de l’Ouragan Fiona